Des centaines d’artistes dans le camp

La Retirada a vu affluer en France un grand nombre de peintres, sculpteurs, photographes, ou écrivains issus de l’élite culturelle de la République espagnole. Des centaines d’artistes sont ainsi internés dans les camps au mois de février 1939 à commencer par celui d’Argelès-sur-Mer. Certains de ces réfugiés ont pu bénéficier d’un élan de solidarité. L’affichiste et ancien Directeur Général des Beaux-Arts de la République espagnole, Josep Renau et son frère l’affichiste Joan Renau ont ainsi quitté la plage d’Argelès-sur-Mer au bout d’un mois grâce à l’intervention directe de Pablo Picasso. Le maître de Malaga a aussi permis la sortie du camp de l’architecte et dessinateur Jesús Martí Martín, mais aussi, en faisant valoir ses liens de parenté, celle de son neveu, le dessinateur et peintre Josep Vilató Ruiz plus connu sous le pseudonyme J. Fin.  L’essentiel de ces artistes sont toutefois restés plusieurs semaines voir plusieurs mois en attendant leurs transferts dans d’autres camps ou dans les Compagnies de Travailleurs Étrangers.

Ce corpus demande encore à être cerné à commencer par la production réalisée derrière les barbelés donnant ainsi à lire des témoignages graphiques inédits sur les effroyables conditions de vies dans les barbelés. Des œuvres clandestines pour la plupart du temps comme les dessins de Nicomedes Gómez, Josep Narro ou de Antonio Rodríguez Luna. Ces œuvres constituent ainsi un fait politique en soi aux traits souvent grinçant comme avec caricatures du dessinateur Josep Bartolí. Cette production va se structurer à travers la «presse des sables » qui a foi très tôt le  jour dans les camp d’Argelès-sur-Mer avec l’édition de bulletins culturels comme le Boletin des estudiantes, ou plus tard, la revue Desde el Rosellón réalisée à Valmy par une douzaine d’exilés. En parallèle à cette production éditoriale va se développer au cours du printemps 1939 des baraques de la culture où ont lieu des exposition de peintures, de sculptures et de dessins. C’est le cas  de la baraque du camp n°8 d’Argelès où l’on retrouve des œuvres de Gerardo Lizárraga, premier mari de la peintre surréaliste catalane Remedios Varo, qui emporta lors de son exil au Mexique une grande quantité de dessins dont une série réaliste sur les conditions de vie au camp ainsi qu’une série de caricatures  des responsables du camp, tant français qu’espagnols.

Certains œuvres réalisées dans les camps furent exposées in situ ou à l’extérieur du camps.  Au printemps 1939 les œuvres réalisées dans les artistes exilés ont aussi attiré un public nombreux grâce à un comité présidé par Albert Bausil et Martin Vivès qui organisent une exposition «internationale» à l’Hôtel Tivoli de Perpignan avec des pièces venus de tous les camps du sud. D’autres expositions d’artistes internés furent organisées, afin d’aider matériellement ces derniers, à Montpellier, Toulouse ou Paris. Parmi ces artistes espagnols certains connaîtront une brillante carrière à l’exemple du dessinateur José Cabrero Arnal, qui s’illustrera dans Vaillant et l’Humanité en dessinant notamment Pif le chien, du peintre Eduardo Pisano ou du sculpteur Josep Viladomat
.

Artistes internés en 1939. Liste non exhaustive.

Juan Alcalde, peintre - Josep Bartolí, dessinateur - Ángel Botello, peintre - Enric Climent, affichiste, peintre et dessinateur - Agustí Centelles, photojournaliste - Jesús Martí Martín, architecte et peintre - José Agut Armer, peintre, sculpteur et scénographe - Leandre Cristòfol i Peralba, peintre - Enric Crous-Vidal, graphiste et dessinateur – Eugenio Fernández Granell, Peintre - Luis García Gallo, alias Coq, dessinateur - Andrés García de la Riva, alias Andrés Colombo, dessinateur et peintre - Rafael García Escribá, dessinateur et affichiste - Ernest Guasp, dessinateur caricaturiste - Gregorio Muñoz-Montoro dit Gori Muñoz, peintre, illustrateur, scénographe – Carlos Conesa Viñas dessinateur- Gilberto Corbi Murgui, peintre et dessinateur - Jesus Lantada Buey, peintre et sculpteur - Carlos Pestana Nobrega, dessinateur -  Josep Franch-Clapers, peintre - Francisco Marco Chillet, peintre - Pura Verdú Tormo, peintre - Elisa Piqueras Lozano, dessinatrice femme de Joan Renau -  Ángel López-Obrero, peintre - Miguel Prieto Anguita, dessinateur et peintre - Joan Renau Berenguer, affichiste et écrivain - Josep Renau Berenguer, affichiste et créations photomontage - Salvador Soria Zapater, peintre et sculpteur - Francisco Rivero Gil, dessinateur et peintre - Antonio Rodríguez Luna, illustrateur et peintre - Arturo Souto, illustrateur et peintre - José Viola Gamón dit Manuel Viola, peintre et dessinateur - Josep Vilató i Ruiz, dessinateur et peintre -  Eduardo Pisano, peintre - Prat, sculpteur - Virgilio Vallmajó, peintre - Gerardo Lizárraga, dessinateur - Izquierdo Carvajal, peintre - Gumersindo Sainz de Morales, peintre - Nicomedes Gómez, dessinateur - Baltasar Lobo, sculpteur - José Cabrero Arnal, dessinateur. - Hélios Gómez, dessinateur - Josep Narro, dessinateur - Tomás Divi, peintre - Gustau Vila Bergadà (Grapa) dessinateur, peintre.